LES SILICONES CAPILLAIRES

Liloubylilou

Les silicones

Après la polémique sur les silicones qui étoufferaient les cheveux ou les alourdissent, nous avons  vu apparaître des listes sur les « bons » et les « mauvais » silicones. 

Cette distinction se fonde en général sur leurs facilités à être éliminés au rinçage notamment (hydrosolubilité) et leur volatilités (légèreté). 

En réalité la vraie question à se poser en termes de soins est surtout si le silicone utilisé présente un risque d’accumulation et donc de graisser et d’alourdir surtout et ou de bloquer une technique( couleur, décoloration etc ).

 Les chevelures plus épaisses très sèches ont moins, voire pas, d’inquiétude à avoir sur ce plan. En effet, l’adhérence du silicone (ou de tout autre actif de soin capillaire) aux cheveux doit être considérée comme un bénéfice et non un défaut… Sinon il n’y a aucun intérêt cosmétique… Vive la Chimie qui ne veut pas dire chimique toxique! 

De même l’occlusivité, qui n’est jamais totale, est également une qualité recherchée pour la protection du cheveu. 

A noter que si vous shampouinez régulièrement vos cheveux, ne serait-ce qu’à raison d’une fois par semaine, l’ensemble des éventuels silicones (et tout autre actif capillaire y compris sébum) qui resteraient accrochés à vos cheveux se trouveraient dissouts mais utilisez un shampooing sans silicone pour cela, il n’a aucun intérêt pour se laver les cheveux. 

Si vous n’utilisez pas de shampooing avec des tensioactifs classiques de type SLS mais plutôt des crèmes lavantes type low poo, co-wash ou des tensioactifs doux, les silicones seront sans doute un peu plus longs à partir (faire 2 ou 3 shampooings au lieu d’1 seul)

Les shampooings naturels de type rhassoul ou autres argiles éliminent les silicones par absorption. Si vous êtes au no-poo, les silicones ne persisteront pas non plus éternellement sous l’action combinée des frottements, de leur potentielle évaporation et des rinçages. 

De façon générale, pour éviter tout risque de saturation ou de surcharge, il ne faut pas  abuser des produits très riches  en silicones et en corps gras de façon générale. 

Les huiles de silicone volatiles sont des polymères cycliques à chaînes courtes. Elles sont moins occlusives que les autres silicones et donc plus légères et temporaires sur les cheveux car elles s’évaporent dans l’air.

Liste des silicones lourds non solubles à éliminer au shampooing classique (sans silicones évidemment)

Ce type de silicone est à réserver aux cheveux les plus poreux et ou les plus abîmés et épais,  denses.

– Le Dimethicone, un silicone historique de la cosmétique, est un puissant agent gainant et comblant non volatile (cire à haut poids moléculaire).
Non soluble dans l’eau, il s’élimine avec les tensioactifs suivants : SLS, SLES etc 

A noter que le dimethicone peut aussi être modifié par des PEGs qui le rendent plus soluble et donc plus facile à enlever durant le shampooing. Dans la même famille, on trouve aussi les :

– Diméthiconol

– Cetyl Dimethicone

– Cetearyl Methicone

– Stearyl Dimethicone

– Amodimethicone (ne s’accumule pas, voir ci-dessous)

– Aminopropyl phenyl trimethicone (ne s’acumule pas, voir ci-dessous)

Liste des silicones moyennement lourds non solubles à éliminer au shampooing doux (sans silicone je me répète)

Ils s’éliminent avec des tensioactifs doux :

– Les Cyclotétrasiloxane (D4) et Cyclopentasiloxane (D5).

Les silicones qui ne s’accumulent pas dans les cheveux dits « bons silicones »

On distingue :

–D’une part les silicones légers volatiles solubles dans l’eau ou qui s’évaporent dans l’air. Ils apportent un toucher non gras et favorisent l’étalement du produit.

Exemples :

– Cyclomethicone : Autre silicones très couramment utilisés dans les soins capillaires. Ils ne forment pas de dépôts dans les cheveux car ils sont solubles dans l’eau et sont légers. 

Le cyclomethicone s’évapore aussi assez rapidement des cheveux

– Behenoxy Dimethicone

– Stearoxy Dimethicone

– D’autre part, les silicones de nouvelle génération (silicones quats) avec une forte adhérence aux cheveux mais sans effet cumulatif. Ces silicones sont conçus pour repousser les dépôts.

Exemples :

– Amodimethicone (également ‘amo,’ ‘amine,’ or ‘amino’, ou autres molécules similaires telles que bis-aminopropyl dimethicone and trimethyl silylamodimethicone). Il s’agit d’un silicone aminé fonctionnant comme un polymère cationique (de nature inorganique) ; il se charge positivement au contact de l’eau et se dépose par attraction électrostatique sur la protéine de la cuticule de charge négative (les opposés s’attirant). Selon la densité de sa charge électrique, sa force de fixation sera plus ou moins intense. 

Autre caractéristique : ils repoussent l’accumulation d’autres silicones aminés une fois en place sur le cheveu. Ils possèdent enfin une capacité réfléchissante supérieure à d’autres polymères cationiques (tels que les polyquats), ce qui confère plus de brillance aux cheveux. Ils sont ainsi considérés comme parmi les silicones les plus performants en terme de soin capillaire. Ils ne sont pas solubles dans l’eau pour les raisons expliquées ci-dessus.

– PEG-7 Amodimethicone

– Trimethylsilylamodimethicone

– Cyclopentasiloxane

– Cyclomethicone

La plupart des silicones sont des substances inertes non toxiques pour la peau ou les cheveux. Seule la famille des « Cyclo… », notamment le Cyclotetrasiloxane et le Cyclopentasiloxane pourraient constituer des perturbateurs endocriniens potentiellement cancerogènes (lorsqu’en contact avec la peau). 

Mais rien ne traverse la barrière cutanée donc pas de soucis on ne mange pas son soin capillaire, ni sa crème de jour.